Things to Read by Keynes
Unanticipated Hazards of Blogging Part XIV: Gym Shorts

Un Beau Geste...

Debriefing leads me to an end of my search for accessible etext versions of Keynes's Tract on Monetary Reform and Essays in Persuasion. The only problem? They are en Francaise.

Brad DeLong: Things to Read by Keynes: "Essays in Persuasion" and "La réforme monétaire are available" in french on the site of Quebec University...

At least it's not in Mandarin...


Nous avons une panne de magnéto. Comment donc nous remettre en marche? Jetons un regard en arrière sur les événements:

1° Pourquoi les travailleurs et l'outillage demeurent-ils inemployés? Parce que les industriels ne comptent pas pouvoir vendre sans perte ce qu'ils pro- duiraient s'ils les employaient.

2° Pourquoi les industriels ne peuvent-ils compter vendre sans perte? Parce que les prix ont baissé plus que le coût de la production – le coût ayant très peu baissé.

3° Comment se fait-il que les prix aient baissé plus que le coût? Car le coût représente ce que l'homme d'affaires dépense pour la production de ses marchandises, et les prix indiquent ce qui lui revient quand il les vend. Il est facile de concevoir que pour une affaire en particulier, ou pour une marchandise particulière, il y ait inégalité entre les deux chiffres. Mais il semble que si l'on considère la collectivité tout entière les hommes d'affaires doivent retrouver le même argent qu'ils déboursent, puisque ce qu'ils déboursent pour la production représente le revenu du public qu'il rend aux hommes d'affaires en échange de produits que celui-ci lui fournit. C'est là, il nous semble, le cercle normal de la production, de l'échange et de la consommation.

4° Eh bien non! Malheureusement il n'en est pas ainsi, et voilà l'origine de nos maux. Il n'est pas vrai que ce que dépensent les hommes d'affaires, en tant que coût de la production, leur revienne forcément comme fruit de la vente de ce qu'ils produisent. C'est le trait caractéristique d'une vague de hausse que le produit de la vente dépasse considérablement le coût de production, c'est le trait caractéristique d'une crise que le coût de la production dépasse les produits de la vente. De plus, c'est une illusion que de s'imaginer que les hommes d'affaires peuvent forcément rétablir l'équilibre en réduisant leurs frais généraux, que ce soit en restreignant la production, ou en diminuant les salaires, car la réduction des frais, en réduisant le pouvoir d'achat de leurs employés et fournisseurs qui sont également leurs clients, réduit d'environ autant les produits de la vente.

5° Comment se peut-il donc que le coût total de la production des affaires dans le monde soit autre que le produit total de la vente ? D'où vient l'inégalité ? Je crois connaître la réponse. Mais elle est trop compliquée et a un caractère trop peu familier pour le public pour que je puisse la fournir ici d'une façon satisfaisante (j'ai tâché de le faire par ailleurs 1). Il faut donc me résigner à ne donner que quelques indications...

Keynes is sufficiently theatrical that it does sound better--to me at least--in French...

Comments